Je comprends les hommes. Leçon #1

par lemexicainjaune

Apprenons ensemble à comprendre la personne à l’appendice caudal qui salit votre canapé avec sa bière et vous regarde avec ses yeux abrutis par le spectacle de vingt deux hommes transpirant après un ballon. Chapitre #1 : les séducteurs malgré eux.

nishinomagicien
Il faut lire deux livres : « Le magicien de Lublin », écrit par le prix Nobel Isaac Bashevis Singer (USA) et « Les 10 amours de Nishino » écrit par le prix de mon coeur Hiromi Kawakami (Japon). Ces deux livres apportent un angle de vue complémentaire sur la psychologie d’un séducteur.
Le magicien de Lublin : Yasha est magicien en Pologne au début du 20eme siècle et plait aux femmes. De ville en ville, il rencontre ses amoureuses et s’emmêle progressivement dans le mensonge, les promesses non tenues et la contradiction de ses sentiments. Car c’est là l’intérêt du livre : la psychologie de Yasha est très bien décrite : son réel amour pour toutes ses femmes, son incapacité à choisir et à décider, sa lâcheté quotidienne basé sur un vrai raisonnement et de vrais sentiments, ses problèmes moraux vite oubliés par la vue d’une amante. Bref, une histoire de Don Juan aboulique vu du côté pas brillant du tout. Presque un looser sympathique prisonnier de ses mensonges et victime de son succès auprès des femmes et qui termine son triste parcours dans un absolu mystique. A recommander pour toutes celles à qui l’homme a dit un jour : « tu sais chérie, ce n’est pas toi le problème… ».

Les 10 amours de Nishino : est le contrepoint féminin de l’histoire du magicien. Ici, dix amantes de Nishino donnent leur point de vue et racontent leur aventure amoureuse avec ce séducteur malgré lui. Au travers d’âges, de contextes et d’histoires différents, le lecteur comprend petit à petit la grande solitude sentimentale de ce Don Juan qui se voit refuser, les unes après les autres, ses demandes en mariage. Trop beau pour être pris au sérieux ? trop volage ? On assiste alors, côté coulisse, à la spirale infernale de la désillusion amoureuse. Kawakami, dans son style merveilleusement doux et poétique, cerne elle aussi très bien la psychologie désabusée d’une personne qui se rattache au sexe par lassitude ou par ennui. A recommander à toutes celles qui ont eu le courage de prendre, un jour, la bonne décision.

A lire aussi :
– « les années douces » de Kawakami : la relation tout en douceur d’une jeune femme avec son ancien professeur à la retraite. A l’opposé de Nishino.
– « Ombres sur l’Hudson » de Singer : histoire du magicien de Lublin transposé à l’après guerre. Un séducteur juif, rescapé de l’Holocauste, voit son héritage culturel et religieux partir en vrille avec sa vie compliquée parsemée d’amantes et de femmes.

Publicités