Atelier d’écriture #198

par lemexicainjaune

metro-kot

La lumière n’est pas vraiment blanche. Le verre du prisme la décompose en autant de vérités. Jaune, verte, rouge, bleue, orange.
Le verre est bien un curieux matériau où flotte en transparence toujours un peu de sorcellerie. Les boules de cristal. L’oeil en verre. La loupe.

Le bois est différent. Le bois est sensuel, il a une odeur, une chaleur, un touché, une sensibilité cardinale. Le bois est roi mais le verre est reine, beaucoup plus subtil à décoder. Lisse en apparence mais d’une profondeur interne immensément complexe.

J’attendais rue de Bonaparte, dans une brasserie : j’avais rendez-vous à dix-sept heures. L’homme, la cinquantaine, arriva et s’assit en silence. Il déposa la photo sur la table.
– C’est elle, dit-il sobrement.

J’examinai le document en noir et blanc. Là encore, je ne vis que la duplicité du verre. Sur la droite, la vitre reflétait comme un miroir, protégeant du regard un je-ne-sais-quoi d’invisible. Au centre, dans un halo de transparence improbable, son visage.  Enfin, à gauche, le verre ne s’intéressait qu’à lui même et affichait avec impudeur ses traces de salissures. Comment, me demandai-je, ce matériau arrive-t-il à se jouer ainsi de nous sur une si petite fenêtre ? à changer sa nature et à nous dévoiler ses vérités à son gré ?
Aurais-je accepté le contrat si le verre avait reflété quelques centimètres de plus sur la gauche ?

Atelier #198 d’écriture Bricabook.fr

(c) copyright Le mexicain jaune – 2015. 

Publicités