Atelier d’écriture Bricabook #201

par lemexicainjaune

18755019136_407d45b92a_o-768x512

Longtemps je me souviendrai de cette visite du château de Versailles.
C’était en juillet 1999. La veille, K et moi nous étions disputés à propos d’un insignifiant malentendu. Je la pressai maladroitement de tout mon amour quand elle m’envoya, tel un uppercut, une phrase qu’elle avait du lire récemment :

-Non, tu ne m’aimes pas. A vingt ans, quand l’homme dit qu’il aime, c’est qu’il aime le sexe. A trente ans, il croit aimer mais aime en vérité la vie et les enfants. A quarante il aime l’idée de l’amour. Ce n’est qu’à partir de cinquante ans que l’homme aime vraiment une femme…
Et de m’assener un dernier coup :
-…et je ne suis pas sûr de vouloir attendre trente ans avec toi.

Elle se campa ensuite devant la fenêtre et observa longuement un je-ne-sais-quoi dehors. Sans doute l’agitation désolante de tous ses congénères. A côté d’elle, un couple encore ignorant de cette chronologie des passions masculines, fusionnait. Ce contraste visuel du savoir me fit frissonner.
J’aurai sans doute dû me rapprocher d’elle. M’excuser, lui suggérer que ces petites phrases de prête-à-penser sont d’une simplicité sournoise et dangereuse. Lui dire que la vie, le sexe, l’amour et le couple n’étaient en réalité qu’un seul et même prisme. Que certaines facettes miroitaient plus avec l’âge.
De dos, elle était vraiment belle.
Je ramassai mon sac en silence, fis le chemin en sens inverse, traversai la longue galerie des glaces  et quittai alors la vie de K.

(c) copyright Le Mexicain Jaune, 2015

http://www.bricabook.fr/2015/12/atelier-ecriture-201e-une-photo-quelques-mots/

Publicités