Today we live

par lemexicainjaune

Capture d’écran 2016-05-08 à 11.15.04
Résumé de l’éditeur

Décembre 1944. C est la contre-offensive allemande dans les Ardennes belges. Pris de panique, un curé confie Renée, une petite fille juive de 7 ans, à deux soldats américains. Ce sont en fait des SS infiltrés, chargés de désorganiser les troupes alliées. Les deux nazis décident d exécuter la fillette. Au moment de tirer, Mathias, troublé par le regard de l enfant, tue l autre soldat.
Commence dès lors une cavale, où ils verront le pire, et parfois le meilleur, d une humanité soumise à l instinct de survie.
Aucun personnage de ce roman palpitant n est blanc ou noir. La guerre s écrit en gris taché de sang. Une écriture efficace et limpide.

Ce que j’en pense

Ce livre est resté plusieurs mois dans ma PAL. Le 4eme de couverture me laissait craindre un texte mélo et plein de clichés.
Grande fut ma surprise. L’écriture est pleine de sensibilité et de subtilités. Effectivement, aucun des personnages n’est blanc ou noir : l’officier SS est bizarrement attaché à cette petite fille sans que l’on sache pourquoi : a-t-il changé ? est-il lassé de cette cruauté ? est-il remué par des souvenirs ? est-il blasé de tuer ? sent-il la fin de la guerre arriver ? autant de questions auxquelles le lecteur devra répondre par lui même. Cette relation mystérieuse entre cet officier et la petite juive est superbement retranscrite. De même que la psychologie ambigüe de beaucoup d’autres personnages, dans cette ferme où tout le monde se cache.
Et puis il y a ce malaise. Ce méchant SS (qui a tué des foules d’innocents) auquel on s’attache au fil des pages. Comment est-ce possible ? de l’empathie pour un SS ?! Comme si Emmanuelle Pirotte nous avait dévoilé ici la grande question fondamentale de l’Allemagne d’après guerre : le pardon, la vie avec ça. Peut-on changer ? Peut-on tout pardonner ? Je suis sortie de ce livre émue et perplexe.

Un premier roman fort que je recommande.

Publicités