Atelier Bricabook n°238

par lemexicainjaune

julien-ribot-endroit-desaffecte-700x466K parle.

J’eusse aimé que le Mexicain m’offre un théorème mathématique.
Quoi de plus intemporel, universel et inaltérable ?
Tout le reste est voué à la déchéance. Regardez cette piscine, jadis haut-lieu olympique, temple de la puissance et de la majestuosité humaine. Il n’en reste que des ruines.
Seules les idées sont éternelles.

Je me souviens du premier jour où je l’ai rencontré. Instinctivement et immédiatement, nos corps et nos coeurs ont réagis. Mais l’homme est bien trop cartésien : il lui faut des preuves, des explications pour le convaincre de la véracité de son instinct.  Combien d’heures, de jours et d’années avons-nous passé à nous prouver que cet amour existait bien ? Que d’alibis, que de jusfifications pour admettre que l’instinct avait tout simplement raison ? Depuis le début. Depuis nos six ans.

L’amour ne se mesure pas avec des objets, de l’argent ou des secondes. 10 ans, 1 an, 1 minute. Qu’importe.
L’amour devrait être tel qu’un théorème. Simple. Indiscutable. Efficace et vrai.

(c) Le Mexicain Jaune 2016 pour le texte même si c’est globalement et honteusement inspiré d’un texte de P. Roth 🙂
(c) Bricabook pour l’atelier
(c) Julien Ribot pour la photo

Publicités